Article n° 5080 | Edition n° 99 | 2020

Vive le sport sans blessures!

Il existe un tissugel associant l’anti-inflammatoire diclofénac à l’anticoagulant héparine, indiqué lors d’hématome et d’oedème, très fréquents lors de blessures accidentelles.

Le sport a un côté paradoxal: extrêmement bénéfique pour la santé, il est également source de maux physiques rendant souvent nécessaire la consultation médicale. Faisons le point.

Même entraîné, le sportif n’est pas à l’abri d’un accident: entorse, tendinite, claquage, luxation, fracture, lombalgie, etc. Pourtant, ces blessures ne sont pas forcément dues à la fatalité.

Vos conseils pour prévenir les blessures sportives:

• Boire beaucoup avant, pendant et après l’effort. N’oublions pas que la déshydratation est une cause de fatigue!
• Adopter une alimentation riche en antioxydants, qui neutralisent les néfastes radicaux libres produits par l’effort soutenu. Au besoin, ingérer des compléments alimentaires.
• S’échauffer suffisamment.
• Adapter ses efforts à sa forme du jour.
• Être à l’écoute de son corps en respectant ses limites.
• Employer du matériel adéquat et de qualité.

Et si, malgré tout, l’accident survient…

Dans les meilleurs délais, il faut stopper l’activité, surélever le membre blessé, appliquer un bandage de soutien légèrement compressif et de la glace.
L’étape suivante consiste à appliquer et à ingérer un médicament antalgique/anti-inflammatoire (ibuprofène, diclofénac). Les mêmes substances peuvent, en effet, être employées par voie externe (pommade, gel à l’effet refroidissant, tissugel) et interne et leur synergie donne les meilleurs résultats.

L’intérêt du tissugel

Le tissugel ou plaster à base de diclofénac est flexible et autoadhésif. Il présente l‘avantage de libérer progressivement le principe actif et d’avoir ainsi une action nettement plus durable. Une application quotidienne suffit. En outre, il permet d’éviter les désagréments du contact direct de la glace avec la peau (brûlure, picotements). Il existe également un tissugel associant le diclofénac à l’héparine, indiqué lors d’hématome et d’oedème (très fréquents lors de blessures sportives), dont il accélère la guérison. Il agit rapidement et en profondeur tout en permettant de renoncer au massage, contre-indiqué dans ces cas.
Le traitement dépend de la gravité des symptômes; il ne devrait pas toutefois dépasser les 10 jours.

 

Document PDF

Publicité

---------------------------------------------------------------------

 


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept